Trail : petits exercices sans prétentions

Trail : petits exercices sans prétentions

Attention, ces exercices sont à titre d’exemple ; je ne suis pas diplômée en équitation western. Ils sont le reflet de ma propre expérience et de mon propre travail avec mon cheval. Il s’agit juste d’un retour de ce que je travaille, il ne faut en AUCUN CAS le prendre tel quel, il se peut qu’il y aie des erreurs (il y en a même certainement). Consultez un coach diplômé pour plus de détails.

Ce n’est pas dans mes habitudes de donner des exercices, parce que je considère que je ne suis pas assez expérimentée pour le faire. Mais j’ai eu envie de partager un peu ce que je suis en train de travailler avec le petit Rocky. Sans prétentions, sans se prendre pour l’un des grands de l’équitation, juste quelques exercices brouillés que l’on peut faire et que l’on retrouve en équitation western lorsque l’on travaille la discipline du Trail.

Pour rappel : le trail, c’est une discipline qui regroupe tout ce qu’un cowboy peut trouver comme obstacles dans la Nature. Un portail à passer, des troncs d’arbres à franchir (bon plutôt des branches puisqu’on utilise que des barres au sol!), des pivots, des reculers etc. C’est une discipline assez complète dans la maniabilité qu’elle demande et dans la précision à fournir.

Ces exercices peuvent être aussi bien pratiqués à cheval qu’à pieds.

On y va ?

Le reculer en L

Comme son nom l’indique, il s’agit de faire reculer son cheval dans un couloir de barres qui forment un L.

L’exercice mobilise les hanches comme les épaules, la capacité du cheval à reculer droit puis à changer de direction pour revenir droit. Le tout dans un calme olympien et sans trop d’actions sur les rênes et le mors. En compétition, chaque fois que le cheval touche une barre, marche dessus, ou même sort de la trajectoire, il perds des points.

Le plus souvent, on commence par rentrer dans le L en marche avant. On demande l’arrêt lorsque l’épaule du cheval arrive à la fin de la barre la plus éloignée, à la fin du couloir. Puis, on demande le reculer. Les méthodes pour demander à un cheval de reculer varient, aussi je ne vais pas prendre le risque de décrire le processus, mais dans la plupart des cas, le poids du cavalier est axé sur l’arrière de sa selle, les mains sont légèrement en contact avec le mors ; dès que le cheval cède et recule, les mains avancent.

On peut commencer par juste reculer la première longueur sur le cheval n’est pas habitué au reculer. On peut ensuite travailler les pivots pour mobiliser les hanches et les épaules. Une fois le tout acquis, on combine le reculer et la mobilisation des hanches et des épaules.

Passer le coin du L est certainement l’étape la plus délicate. Prenez votre temps, allez-y pas à pas. L’importance est d’avoir un cheval détendu, calme et appliqué. Lorsque l’on est positionné, les postérieurs du cheval à hauteur du couloir de sortie, on pousse délicatement les hanches du côté ou l’on souhaite que le cheval se déplace. Puis, on lui demande de bouger ses épaules dans ce même alignement. Si votre demande est claire et précise, vous devriez vous avoir effectué un angle droit. Il vous suffit alors pour terminer la manœuvre de reculer jusqu’à sortir complètement du couloir de barres.

exercice_reculer

 

Le carré

Le carré peut être fait de différentes manières, avec un arrêt, un pivot, un 360°.

On place quatre barres en carré, qui se chevauchent à chaque angle. Chaque barre est un peu surélevée par les autres à chaque angle.

Ici, le but de l’exercice est de faire rentrer le cheval dans le carré, et d’effectuer un tour complet sans s’arrêter et puis repartir par le même endroit ou l’on est entré.

La difficulté réside dans le fait d’effectuer ce 360° sans toucher une barre ou sans que le cheval ne sorte complètement du carré ! L’astuce est de bien préparer son entrée : suivant le côté dans lequel le tour complet doit s’effectuer, l’entrée dans le carré diffère. Par exemple, si l’on doit faire un 360° sur la main gauche, on va avoir tendance à serrer l’entrée du carré à droite, de manière à avoir une marge de manœuvre plus grande que si on décide d’entrer droit sur le carré.

Une fois la trajectoire saisie, il faut pratiquer une rêne d’ouverture suffisamment large pour que le cheval puisse répondre à la demande ; si besoin on peut positionner sa jambe extérieure à la sangle pour éviter au cheval de traverser son épaule et de sortir du carré. (avec le risque de partir sur un pivot. On peut aussi bloquer l’épaule fuyante avec une rêne contraire)

Cet exercice m’a pris quelques temps, afin de bien caler ma rêne d’ouverture, et surtout aussi, de contrôler l’allure. Plus on arrive vite, plus il est difficile de gérer le 360°. Le regard a une importance cruciale ; on se met ainsi directement en place lorsque, dès l’entrée du carré, on tourne sa tête par là ou on est entré.

Si l’exercice vous donne des difficultés, n’hésitez pas à d’abord le passer en main, puis monté !

exercice_carré

 

Il existe bien d’autres exercices de Trail accessibles à tous, cavaliers classiques comme western. Le slalom est l’un des plus simples lorsque l’écart entre les plots est éloigné ; il peut se transformer en épreuve de maniabilité lorsque les plots sont le plus rapproché possible. Le franchissement d’un pont démontre toute la confiance qu’un cheval peut accorder à son cavalier…

 

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.