La galère des assurances : comment bien assurer son cheval

La galère des assurances : comment bien assurer son cheval

Assurer son cheval, ce n’est pas obligatoire.

Non, mais quand on investit une certaine somme dans un compagnon de vie, il me semble essentiel de lui trouver une assurance adaptée. Après tout, en tant qu’humain, je suis assurée, alors pourquoi pas mon cheval ?

Je m’y suis prise en avance, environ deux semaines avant d’aller chercher mon futur compagnon, dès que ma décision de l’acheter fut prise. Les compagnies d’assurances sont nombreuses, et proposent toutes sortes d’offres. Certaines sont spécialisées dans l’assurance du cheval, d’autres font tout.

Sélectionner ses assurances

J’en ai sélectionné trois, (ayant au préalable écarté celles qui ne me convenait pas) tout en sachant que je voulais au minimum, une assurance mortalité/vol, une assurance transport, une assurance invalidité (dans le cas où le cheval se blesse et ne puisse plus être monté) et un tarif correct. Je dispose déjà d’une responsabilité civile qui me couvre en tant que propriétaire jusqu’à 2 chevaux. J’ai réalisé tous mes devis soit sur internet soit par téléphone directement, en ayant décidé que la valeur assurable du cheval serait de 5000 euros.

  • Equitanet

L’assurance Equitanet m’avait été conseillée par ma monitrice. Ils proposent une assurance mortalité/vol, frais véto (en différentes formules, de la plus basique à la plus complète), transport, et invalidité. Attention à bien lire les conditions, par exemple, sur l’invalidité. (mais j’y reviens plus bas) Le tout pour un tarif à l’année de 332.40 euros.

  • Hipassur

Hipassur propose une formule complète avec mortalité/vol, chirurgie pré et post opératoire pour la survie de l’animal, frais d’équarrissage et la responsabilité propriétaire. Concernant l’invalidité, ils ne la proposent pas (pour mon cas), sinon elle est trop onéreuse. (selon le conseiller que j’ai eu au téléphone) Le tarif revient à l’année à 331.60euros.

  •  Cheval assur

Comme les deux précédentes, Cheval assur propose la mortalité et le vol, des frais vétérinaires standards, une responsabilité propriétaire. En plus, s’ajoute une défense pénale en cas de litige judiciaire. L’invalidité n’est disponible que si la valeur du cheval est supérieure à 8000 euros avec radios des membres. (et un surcoût) Sans invalidité, le devis s’élève à l’année à 382.96 euros.

En général, les tarifs se rejoignent plus ou moins, là où les choses diffèrent, c’est lors du choix des formules vétérinaires. Plus la formule sera complète, plus le prix augmente.

 

J’ai eu certaines surprises lorsque j’ai voulu souscrire…

Assurance Equitanet

 

Les jours de carences

J’avais décidé de partir sur Equitanet – on ne m’en avait dit que du bien ! J’ai bien dû appeler une dizaine de fois leur service, et pas une seule fois n’a été mentionné les jours de carences. (c’est écrit en tout petit sur leur devis, en pattes de mouches…) Lorsque j’ai voulu souscrire, six jours avant d’aller chercher Rocky, j’avais ces jours de carences. 8 jours en cas d’accident, 30 en cas de maladie.

Qu’es-ce que ça veut dire ? Que pendant ces jours-là mon cheval n’est pas assuré. SAUF si un certificat vétérinaire de bonne santé est fourni. Donc faire une visite d’achat.

Je me suis fait accompagnée par ma monitrice, le cheval était sain, et la visite véto pas vraiment nécessaire. Mais voilà, comme on ne m’avait pas mentionné ces jours de carence, pour moi, c’était bon. Je pensais que les assurances pour chevaux fonctionnaient comme celles pour les voitures.

Il a fallu trouver une solution rapidement, faire venir un vétérinaire le lendemain de l’arrivée de Rocky pour supprimer ces jours.

L’invalidité

Je voulais l’option invalidité pour Rocky. S’il arrive un accident, ou une maladie qui le rends inapte à la pratique de l’équitation, 60% de la valeur du cheval m’est ainsi remboursée. Il m’a été demandé des radios des antérieurs, pour s’assurer que le cheval n’est pas naviculaire. (maladie héréditaire qui avec l’âge occasionne des boiteries ou graves problèmes d’articulations)  Selon mes discussions avec différents propriétaires, plusieurs d’entre eux n’avaient pas eu à faire de radios pour l’invalidité. Je pense qu’Equitanet a eu plusieurs soucis auparavant que désormais par mesure de précaution, ils exigent les radios.

Au final,

Ce serait vous mentir de dire que j’étais sereine, loin de là, toute cette histoire m’a ajoutée une dose de stress dont je me serais bien passée ! Regardez bien tout, lisez même la toute petite ligne, cela vous évitera comme moi des petites surprises et un stress inutile !

Au final, Rocky est en ordre de tout, certificat vétérinaire comme radios : paré à tout affronter !

En selle, maintenant !

 



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.